Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de syndicat-sud-mairie-dunkerque
  • Le blog de syndicat-sud-mairie-dunkerque
  • : Solidaire Unitaire Démocratique, SUD est présent dans toutes les administrations mais aussi dans le secteur privé, nous grandissons de jours en jours, nous serons l'alternative, rejoignez-nous ! Plus nous serons nombreux, plus nous serons forts !
  • Contact

Où ? Quand ? Comment ?

Le bureau de SUD Solidaires

Nouvelle ville de Dunkerque

et des CCAS est ouvert:

Tous les jours, du lundi au vendredi

7 rue Faulconnier (face à la mairie centrale)

tél: 03 28 26 28 97

mail: sudmairie@aol.com

ou en cliquant sur"contact" dans la rubrique "présentation".

A bientôt !

Recherche

Les réunions d'info syndicale

La réunion d'information syndicale, c'est un droit ! Usez-en !

C'est un droit pour TOUS les agents ! Syndiqués ou non !

 

Agenda

CTP :19 Février 2015

 

 

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 09:35

Les syndicats de fonctionnaires se sont montrés déçus mardi à l'issue de la conférence sociale, regrettant le "silence radio" du gouvernement sur les questions au coeur des préoccupations des 5,3 millions d'agents publics: l'emploi et les salaires. Tout en saluant un changement de ton et de méthode du gouvernement, beaucoup ont déploré l'absence d'engagements et même de perspectives de discussions sur ces deux sujets. Ils ont aussi regretté le fait que le gouvernement ne semble pas prêt à revenir sur l'instauration d'une journée de carence (non indemnisée) en cas d'arrêt maladie, un point de consensus entre syndicats. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi soir une série de concertations et de négociations dans le secteur public, notamment sur l'égalité hommes-femmes ou sur le bilan de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), qui s'est traduit par le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux pendant le précédent quinquennat. En matière de rémunération, il a annoncé une concertation "à l'automne" sur les politiques passées, afin de dégager "une méthode de travail" dans un "contexte financier durablement contraint", des termes laissant peu de place aux espoirs d'une revalorisation significative. Sur cette question, la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a évoqué des discussions à la rentrée sur la gestion des carrières, mais sur le point d'indice, qui sert de base au calcul des salaires des agents, cela a été "silence radio", selon des syndicats. "Il n'y a eu aucune annonce, aucune perspective de discussions, sur l'emploi public et les salaires", a résumé Bernadette Groison (FSU), tandis que le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a déploré une situation "immobile". "On reste sur notre faim" En matière de salaires, les agents "ont une forme d'amertume et c'est normal", a reconnu la ministre après la table ronde, relevant toutefois que le gouvernement venait de débloquer plus de 500 millions d'euros pour revaloriser les salaires des agents les moins payés après la hausse du Smic. Les syndicats voient une forme de paradoxe à l'absence d'annonces sur l'emploi et le pouvoir d'achat, alors que le gouvernement insiste sur sa volonté de revaloriser la fonction publique. Pour Brigitte Jumel (CFDT), le gouvernement a "la volonté de redonner de la confiance aux agents, mais le coût des mesures reste quand même, on le sent bien, une préoccupation constante". Le gouvernement entend en effet maintenir les effectifs constants tout en créant des postes dans certains secteurs prioritaires (Education, Justice, Gendarmerie, Police). Selon la Cour des comptes, un tel objectif exclut toute marge de manoeuvre pour mieux rémunérer les agents. Pour Marie-Laurence Bertrand (CGT), la fonction publique se retrouve dans "un carcan financier". Le gouvernement reconnaît que "les fonctionnaires ont payé un lourd prix, on nous avait même parlé d'humiliation. Derrière, on pouvait espérer un changement notable", a-t-elle regretté. Même constat pour Annick Coupé (Solidaires), pour qui "sur l'emploi, le point d'indice ou la journée de carence, il n'y a eu aucune réponse". "On n'attendait pas d'annonces concrètes mais on espérait des perspectives de discussion. Or là, on n'a pas les annonces, mais on n'a même pas les perspectives", a renchéri Mme Groison. "On reste sur notre faim". "Le gouvernement, s'il reste dans ce cadre contraint et restreint, ne s'offre pas de chances de faire aboutir ses politiques publiques" sur le quinquennat, a-t-elle prévenu. Pour Vincent Hacquin (CFE-CGC), la déception est aussi de mise. Les agents, dit-il, "attendaient un signal fort sur le pouvoir d'achat. Tout le reste, c'est bien beau, mais il faut quand même payer la facture à la fin du mois". (la lettre du cadre)

Repost 0
Published by syndicat-sud-mairie-dunkerque - dans Infos SUD dernières minutes
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 23:43

Le décret relevant le minimum de traitement des fonctionnaires pour tenir compte de la hausse du Smic au 1er juillet 2012, est paru vendredi 6 juillet 2012 au Journal officiel. La hausse du Smic, de 2%, entraîne automatiquement une revalorisation du minimum de traitement des agents, leur rémunération ne pouvant être inférieure au salaire minimum. En conséquence, la rémunération mensuelle brute des agents les moins bien payés est portée à 1.426,13 euros par ce décret, soit une augmentation de 27,78 euros bruts mensuels et de 333,38 euros bruts annuels. Le décret, qui entre en vigueur rétroactivement au 1er juillet, rehausse également le niveau des rémunérations des agents des plus bas échelons afin de maintenir une progression. Il attribue donc des points d’indice majorés supplémentaires à certains agents. Le point d’indice, sert de base au calcul des salaires des 5,3 millions de fonctionnaires, leur rémunération étant complétée par des mesures catégorielle et individuelle. Selon la présentation du décret effectuée mercredi en conseil des ministres par la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, ces revalorisations représentent une dépense en année pleine de l’ordre de 546,9 millions d’euros et vont concerner 1,1 millions d’agents.

Repost 0
Published by syndicat-sud-mairie-dunkerque - dans Infos SUD dernières minutes
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 16:05


Tout porte à croire que le gouvernement s'apprête à limiter les dépenses salariales en direction des fonctionnaires, suivant ainsi l'avis rendu lundi 2 juillet 2012 par la Cour des comptes, pour laquelle un maintien des effectifs supprime toute latitude budgétaire. Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a indiqué après avoir pris connaissance du rapport de la Cour que l’effort budgétaire se partagerait « à parts égales entre un effort fiscal et un effort dans la maîtrise de la dépense ». Prématuré - Mais il a jugé toute réponse prématurée sur les conséquences de ces efforts sur les salaires des fonctionnaires, faisant valoir que ce « serait préjuger des choix qui seront faits » à l’automne pour le budget 2013, alors que le gouvernement prépare un budget rectificatif pour 2012. Les « lettres de cadrage » adressées aux ministères par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault recommandent néanmoins de « stabiliser en valeur les dépenses de personnel », selon le journal Les Echos. En clair, pas question d’ouvrir les vannes budgétaires pour les agents, dont la rémunération est basée, dans les trois fonctions publiques, sur un point d’indice auquel s’ajoutent des mesures individuelles et catégorielles. Le gouvernement entend garder stables les effectifs de la fonction publique d’Etat, là où le précédent quinquennat a supprimé plus de 150 000 emplois en cinq ans, reversant une partie des économies engendrées (900 millions d’euros par an, selon la Cour des comptes) aux agents via des mesures catégorielles. Or, selon la Cour des comptes, la masse salariale de la fonction publique (5,3 millions d’agents) constitue « le principal enjeu budgétaire » dans la mesure où elle représente 13,6 % du produit intérieur brut (PIB), soit 260 milliards d’euros. A elle seule, la masse salariale des fonctionnaires de l’Etat représente 80 milliards d’euros avec « une croissance tendancielle soutenue » : 1,6 % par an, soit 1,3 milliard d’euros. Salaires ou effectifs, selon la Cour des comptes - Chaque hausse de 1 % du point d’indice augmente en outre de 800 millions d’euros la masse salariale de l’Etat et de 1,8 milliard celle des administrations publiques, dit la Cour. Par conséquent, estime-t-elle, avec un maintien des effectifs, l’exécutif n’aura pas de « marges de manoeuvre en matière de politique salariale ». Pour rester dans les clous budgétaires, il faudrait notamment un gel du point d’indice, déjà bloqué depuis juillet 2010 au grand dam des syndicats, et « des mesures catégorielles limitées à 50 millions d’euros », là où elles dépassent habituellement 500 millions d’euros. Pouvoir d’achat déjà entamé - Or, reconnaît la Cour, il est « difficile de maintenir ce gel jusqu’en 2016-2017 », surtout en sachant que le taux de cotisation retraite des fonctionnaires doit s’aligner progressivement sur celui du privé, passant, d’ici à 2020, de 7,85 % à 10,55 %, ce qui va déjà entamer leur pouvoir d’achat. En conséquence, estime le premier président de la Cour des comptes, le socialiste Didier Migaud, « si le gouvernement veut avoir des marges de manoeuvre salariales, cela passe, dans la situation budgétaire actuelle, par une réduction des effectifs ». Cette question du gel du point promet des discussions animées lors de la conférence sociale des 9 et 10 juillet, les syndicats de fonctionnaires considérant le point comme « la pierre angulaire » de la rémunération des agents. Lorsque le gouvernement précédent avait annoncé le maintien du gel de ce point pour 2012, tous avaient appelé à la mobilisation, arguant que sans tenir compte des mesures individuelles, les agents avaient perdu environ 10 % de pouvoir d’achat en 10 ans par rapport à l’inflation. Marylise Lebranchu assure que « la fonction publique n’est pas un poids » La ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat, Marylise Lebranchu a affirmé mardi 3 juillet que la fonction publique n’était « pas un poids » et a promis de poursuivre les réformes « avec des objectifs complètement différents de l’ancienne majorité ». « Il faut arrêter d’avoir une image de la fonction publique qui soit un poids. La fonction publique n’est pas un poids, c’est un formidable levier de redressement économique et social », a déclaré Mme Lebranchu lors des rencontres des Acteurs publiques, organisées par le magazine du même nom. Mme Lebranchu a indiqué que la conférence sociale des 9 et 10 juillet serait l’occasion de faire un « premier état des lieux » et d’établir un calendrier, notamment en ce qui concerne les carrières et les rémunérations des agents. Elle a également assuré que l’arrêt de la RGPP ne signifiait pas la fin des réformes. Selon elle, « la réforme de l’action publique sera l’une des grandes priorités du quinquennat », même si celle-ci sera menée « dans un esprit et selon des objectifs complètement différents » du précédent gouvernement. Mais, a-t-elle ajouté, relevant que les auditeurs n’avaient sans doute « presque que ça en tête », ce n’est pas parce que le gouvernement y est « contraint par la situation des finances publiques ». En matière de décentralisation, elle a jugé que « là encore, le chantier est à reprendre » et promis un texte « à l’automne ».

(La gazette)

Repost 0
Published by syndicat-sud-mairie-dunkerque - dans Infos SUD dernières minutes
commenter cet article

Sourires Et Émotions

Coup de gueule !

Vous avez remarqué ? Le monde du travail vient de se faire une fois de plus entuber par le MEDEF, non que dis-je par la CFDT (accord qui vient d'être signé, plus de flexibilité, le droit pour le patron de baisser les salaires, d'augmenter le tps de travail...) Ils vont tuer les salariés !
(le 12 janvier 2013)

La GIPA 2013

INFO

SUD Solidaires était présent pour défendre la prime vacances des agents de Saint Pol et Fort-Mardyck mardi dernier, dès 17h15, avant le conseil municipal de Dunkerque.

Un tract denonçant la discrimination des 400 agents a été distribué à tous les élus, ainsi qu'aux dunkerquois venus assister au conseil.

Suivre les liens: Réunion du 27 juin: La déprime pour la prime

 Info SUD destinée au personnel de Fort-Mardyck et Saint-Pol

Action au conseil municipal, Vendredi 17 juin

Résumé de la réunion pour les agents de Saint Pol et Fort Mardyck

Mardi 14 : appel à une grève de 2 heures à St Pol et Fort-Mardyck ?